La force et la grâce de quelques bâtiments en chantier, soit en mutation, soit ouverts au regard, offrent la possibilité « d’ entre-tenir » l’essence même de l’existence silencieuse d’un lieu livré à la continuité de son histoire. Il s'agit de suivre en temps réel la transformation des lieux. Durant ce processus, rien n'est touché ou déplacé. Laisser en place le "désordre" du chantier permet au cadrage de révéler la logique et la beauté spécifiques de la métamorphose en cours. Les images en constituent alors une chronique, un archivage poétique.

 

« Hélène Langlois choisit les couleurs, les tons surannés des murs écorchés, les oranges et les bleus vifs des matériaux de chantier. Elle traque dans ce gigantesque décor déserté par les ouvriers les signes épars : traces peintes, filins, échafaudage…et compose ce qu’elle nomme « les silences colorés ». Tel un paysage urbain contemporain, le jardin et les galeries du Petit Palais se transforment sous son regard en non-lieu. » 

Frédérique Chapuis. Pour Télérama.

Version imprimable Version imprimable | Plan du site
©helene-langlois.com 2018